10 compétences essentielles pour décrocher votre 1er job de développeur front-end

emploi pour développeurs

Emploi porteur par excellence, le dev front-end est sollicité sur tous les domaines : de la création de sites Internet, aux applications web et mobiles, les compétences techniques du développeur front-end sont très demandées.

Au fil des années, les compétences du développeur ont fortement évolué, avec le développement de nouvelles technologies et de nouveaux frameworks. Par ailleurs, les compétences demandées à un dev seront souvent différentes en fonction de l’entreprise ou de la spécialité vers laquelle il s’oriente.

Métier porteur, le salaire d’un développeur front-end Junior peut s’élever jusqu’à 39K en région parisienne, selon Chooseyourboss. Intéressé par cette carrière ? Voici 10 compétences essentielles que vous devez maîtriser absolument pour décrocher votre premier job !

1. HTML / CSS

La base. Les langages HTML et CSS seront les premiers langages que vous apprendrez pour devenir développeur. Le rôle du développeur frond-end est de développer la partie interactive et visible d’un site Internet ou d’une application mobile. C’est pourquoi il doit maîtriser le HTML et le CSS sur le bout des doigts.

Le HTML, pour HyperText Markup Language est le langage de base pour concevoir la structure d’un site Internet. Il est naturellement utilisé en front-end. C’est avec lui que toute les pages consultables sur le web sont construites :

  • Mise en forme le texte d’une page
  • Inclusion d’images
  • Placement des éléments statiques ou dynamiques
  • Ajout de liens hypertextes

Le CSS (Cascading Style Sheets) quant à lui vient en complément du HTML. Si le HTML peut-être considéré comme l’ossature d’une page web, le CSS va être le revêtement de la page web. C’est avec le CSS qu’on procède à l’habillage d’un site Internet : couleurs, positions, transitions, polices…

C’est la raison pour laquelle l’apprentissage du CSS est indispensable et ne devra pas être négligé. Son utilisation permet déjà d’incorporer de nombreuses fonctionnalités à l’intérieur d’une page :

  • Aspect visuel du texte (polices, taille de caractères, alignement,…)
  • Positionnement des éléments HTML
  • Animations contextuelles (transition, au focus, au clic,…)
  • Couleurs, dégradés, ombres,…

2. Javascript / jQuery

Encore un indispensable présent sur la plupart des sites Internet ! Utile également dans le développement d’applications, le Javascript est un langage de programmation à part entière, conçu pour permettre à l’utilisateur d’interagir avec la page.

Le Javascript va permettre, par exemple, de construire un menu burger, de créer des interactions au clic, etc. En résumé, le javascript intervient pour rendre une page dynamique. Pour cela, il utilise un système de variables dans lesquelles les données utiles sont stockées, exécute différents calculs,… Les usages sont multiples et enrichissent l’expérience utilisateur.

Il existe de nombreux frameworks pour Javascript. Partie front-end, le plus célèbres n’est autre que jQuery. jQuery est une bibliothèque de codes js permettant de programmer certaines interactions plus rapidement qu’en programmant en Javascript pur.

3. Frameworks CSS / Javascript

Qu’est-ce qu’un framework, exactement ?

« Cadre applicatif » ou « cadriciel » dans la langue de Molière, le framework est une bibliothèque d’outils simplifiant le développement de certaines fonctionnalités types.

Il existe plusieurs types de framework. Si jQuery ou AngularJS (pour le développement d’applications) sont spécialisés dans le développement js, Bootstrap, un des frameworks les plus célèbres en front-end, regroupe pour sa part HTML / CSS et JS. Il a néanmoins besoin de jQuery pour fonctionner.

Ce dernier type de framework permet de faciliter la conception front-end grâce à une bibliothèque de fonctionnalités prêtes à l’emploi. Basé sur un système de grilles, il est particulièrement utile pour construire un site en responsive design.

Quelques exemples de frameworks connus :

  • Foundation
  • Semantic UI
  • Pure.css
  • UIkit
  • Bootstrap

4. Sass / Less

Abordons maintenant le cas des préprocesseurs CSS. Késako ? Les préprocesseurs CSS sont des programmes ou modules qui vont générer dynamiquement le code CSS. Ils permettent d’inclure à l’intérieur du CSS des variables et des imbrications qui facilitent et automatisent la construction du code CSS.

Avec l’usage de variables, plus besoin de changer ligne par ligne la couleur d’un élément. Par ailleurs, les préprocesseurs CSS permettent l’inclusion de calculs mathématiques à l’intérieur du CSS. Les deux préprocesseurs les plus populaires sont Sass et Less.

Sass est un langage dynamique de génération de feuilles de style qui fonctionne avec Ruby. Le Less, pour sa part, est implémenté avec node.js. Pour être interprétés, ces langages ont besoin d’être compilés. C’est à ce moment là qu’ils seront interprété en CSS.

La maîtrise d’au moins un de ces deux langages est indispensable au développeur front-end. Ils permettent de dynamiser ses styles CSS, tout en économisant un temps considérable. La plupart des propositions de poste demandent cette compétence dans leur annonce.

5. Git et versioning

En tant que développeurs, vous serez amenés à concevoir plusieurs versions de votre site Internet ou application. Le versioning va vous permettre de vous organiser dans vos avancées sans rien perdre des différentes versions ou fonctionnalités développées.

L’intérêt majeur est de ne pas perdre une partie de votre travail, par inadvertance, ou à cause d’une erreur. Si vous avez commencé à vous former, vous avez déjà dû rencontrer ce bug survenu subitement, et qui vous a pris des heures à débusquer.

Avec le versioning, votre site est enregistré étape par étape, et vous pouvez toujours revenir à une version antérieure en cas de nécessité. Par ailleurs, c’est un bon moyen de travailler sur différentes versions d’un produit avec le client afin qu’il puisse tester et comparer. Le système de versioning le plus populaire est git.

6. Mobile friendly et mobile first

En tant que développeur front-end, vous devez avoir conscience que le smartphone est un outil de plus en plus utilisé pour naviguer. Les ordinateurs voient leur côte baisser, aussi maintenant parle-t-on de développement « mobile friendly » ou « mobile first » plutôt que de « responsive design ».

Le concept du mobile friendly est de concevoir le site Internet en tenant compte des changements, tant sur la forme que le contenu, qu’il devra subir pour s’adapter parfaitement à l’usage d’un smartphone. Comprendre les bases du développement UX vous permettra de mettre en place les bonnes pratiques pour un site ergonomique, léger et interactif.

Le mobile first, quant à lui, consiste à développer sur la base du mobile en premier et d’adapter le site ou l’application à l’écran d’un ordinateur. Cette méthode permet d’avoir un site Internet parfaitement optimisé et fonctionnel depuis un smartphone ou une tablette.

7. Tests unitaires

Ce n’est pas la partie la plus drôle du travail de dev front-end, mais c’est une compétence indispensable de ce profil. Le développeur front-end doit être capable de participer au recettage afin d’isoler les bugs pouvant survenir lors des différentes interactions entre l’utilisateur et l’interface.

Le développeur devra être capable de lister les bugs et de les corriger, en testant le site ou l’application partie par partie, page par page. Des process de testing ont été élaborés pour simplifier les tests unitaires des développeurs front-end, comme :

  • Mocha
  • Chai
  • Sinon
  • Jasmine

8. Outils développeur des navigateurs

La maîtrise des outils d’inspection des navigateurs web est un incontournable du développement front-end. En effet, ces outils développeur permettent de contrôler, tester, vérifier le code HTML, CSS et Javascript directement depuis votre navigateur.

Les outils développeurs sont particulièrement utiles en cas de bugs ou dysfonctionnement, car ils permettent d’avoir une vue directe sur les changements testés. Dans le cas du Javascript, la console peut être particulièrement utile pour procéder à différents tests et debugs.

9. Optimisation Web

Nous le mentionnions dans le chapitre concernant le « mobile friendly » : l’optimisation des pages de votre site Internet ou de votre application a une importance majeure. Il est essentiel de ne pas négliger cette partie du travail, en tant que développeur.

Un site ou une application trop lourde rebutera l’utilisateur, qui préférera un autre site mieux optimisé pour obtenir l’information / le service qu’il recherche. Sur mobile comme sur ordinateur, une interface lente fait perdre des clients.

Aussi, veiller à développer en respectant les bonnes pratiques est impératif, mais cela n’est pas suffisant. L’optimisation Web vous permettra de finaliser proprement votre projet, en allégeant le code, les requêtes serveur, le poids des images, le temps de chargement, notamment par la minification.

Là encore, il existe des programmes qui permettent d’accélérer cette phase d’optimisation. Grunt ou Gulp, par exemple, vont vous permettre d’automatiser certaines tâches grâce à une simple ligne de commande. Comprenez tout l’intérêt de vous familiariser avec ces outils !

10. Lignes de commandes

Pour aller plus loin dans le développement web, il arrivera un moment où vous ne pourrez plus seulement vous contenter des interfaces utilisateur graphiques (GUI). Si celles-ci simplifient le travail et rendent certaines manipulations intuitives, elles n’offrent pas autant de flexibilité que le votre bon vieux terminal de commande.

Aussi, pour être près à toutes les alternatives au cours des projets que vous rencontrerez lors de votre premier job, maîtriser les lignes de commande et leur fonctionnement apportera une grande plus-value à votre profil. Vous finirez même par vous surprendre à préférer cette méthode plutôt que votre GUI habituel !

Prêt pour votre premier emploi ? Apprenez comment vous vendre en tant que développeur !

You May Also Like

About the Author: Team LesLeudis

fringilla at dolor. amet, et, ipsum odio Phasellus