Qu’est-ce qu’être designer full-stack en 2019 ?

Concepteurs Web avec interface utilisateur sur tablette

Contrairement au full-stack designer, nous sommes plus familiers avec le développeur full-stack. Qu’est-ce qu’un designer full-stack, exactement ? Pouvons-nous simplement penser qu’il s’agit d’un designer polyvalent ou le full-stack designer est, plus qu’un élément de l’équipe, devenu la base d’une nouveau processus de conception digitale ?

Par le passé, les designers et les développeurs avaient un rôle clair et précis. Il était rare qu’un développeur fasse le travail d’un designer, et vice-versa. Cependant, les changements de ces dernières années en matière de production de graphisme, ajoutés à l’évolution des équipes collaboratives, nombreux sont aujourd’hui les webdesigners qui ont d’excellentes compétences en développement et en UX.

Cela nous amène à la question suivante : quel est le profil de celui que l’on nomme full-stack designer ? Est-il simplement un graphiste ? Concilie-t-il ses compétences de designer avec des compétences en codage ? Est-il autant designer que web développeur ?

Qu’est-ce qu’un full-stack Designer ?

Le concept de full-stack développeur est apparut avant celui de full-stack designer. Il renseigne cependant sur la nature d’un full-stack designer. En effet, le développeur full-stack est un profil particulièrement recherché, notamment dans les entreprises de consulting et les start-ups, pour sa capacité à maîtriser un spectre de compétences particulièrement large en matière de développement.

S’il peut avoir une compétence de base plus forte que les autres (une prédilection pour Angular, par exemple), il est capable de faire valoir ses compétences professionnelles aussi bien du côté dev front-end que back-end.

Il ne faut pas croire pour autant que le terme de « full-stack » signifie être capable de tout faire. Ce terme se réfère plus spécifiquement à une personne qui possède de multi-compétences et qui peut les utiliser indépendamment pour concevoir un design ou développer un produit.

Cela signifie qu’un véritable full-stack designer peut aussi bien intervenir sur la conception du design qu’à son codage en front. Cela comprend la production des wireframes, prototypes, maquettes graphiques, le développement front-end, l’utilisation du javascript et jQuery, etc.

De webdesigner à designer full-stack

L’apparition du full-stack designer n’est pas accidentel, au regard de la situation actuelle. Avec l’explosion des Apps mobiles et l’arrivée du raz-de-marée d’entrepreneurs investissant le marché, il y a beaucoup de petites équipes de développement qui ne peuvent plus se positionner sur tous les domaines qui se développent actuellement.

Le full-stack designer tel qu’on le reconnaît aujourd’hui est, pour ainsi dire, le descendant direct du webdesigner. Si, sur le papier, le webdesigner est affilié à la tâche de concevoir les interfaces web, les mutations des environnements de travail ont poussé le webdesigner à aborder d’autres thématiques que l’aspect graphique et ergonomique des produits.

Dans les faits, la frontière entre les différents métiers et les différents rôles de chacun sur un même projet peut vite devenir assez floue, en particulier dans les petites et moyennes structures.

C’est tout particulièrement le cas dans les start-ups, dans lesquelles le webdesign, le webmastering et l’intégration web se sont très tôt confondus, créant de fait une nécessité pour le webdesigner de renforcer sa boîte à outils et son panel de compétences.

Ces designers full-stack endossent donc plusieurs rôles au sein d’une même mission ou entreprise.

C’est de cette manière que le designer full-stack se verra attribuer la conception d’une charte ou d’une interface graphique, puis la conception de prototypes ou l’intégration front d’un produit web. En plus des logiciels qu’il maîtrise classiquement, il doit maîtriser les outils de prototypage comme Mockplus, Axure ou Proto.io.

Les avantages

Une capacité de penser et comprendre plus largement les problématiques d’un projet est l’un des plus gros avantages du full-stack designer. Un designer familier avec le développement produit et les processus de design connaît les limitations du design de produit, eut égard aux problématiques de développement.

La familiarité avec le process peut rendre une équipe bien plus à même d’aborder les aspects développement, marketing, et les spécificités de l’expérience utilisateur. Cette habilité conduit à une coopération plus fluide, réduit le temps passer à retravailler certains aspects du projet et diminue le risque de problèmes ou bugs inattendus.

L’importance du full-stack designer

S’il y a un avantage certain à avoir dans son équipe un designer full-stack, c’est en premier lieu la forte capacité d’adaptation et d’autonomie que son rôle implique. Pour autant, le designer full-stack n’est pas un travailleur solitaire. Un autre de ses atouts majeurs serait sa capacité à savoir communiquer et transmettre aux autres membres de l’équipe.

Qui a travaillé sur des projets web connaît toutes les difficultés que peuvent connaître graphistes et développeurs au cours de leurs interactions. Entre les ambitions graphiques des designers et les contraintes techniques des développeurs, les problèmes de communication d’un côté ou de l’autre, ajouté à des lacunes techniques, peut causer des tensions et des ralentissements significatifs.

Le full-stack designer, en ayant un pied dans chaque univers, peut mieux appréhender les échanges et passations, et prévoir les difficultés avant d’y être confronté. Il peut clairement connaître la structure d’un produit et progresser sur les processus de design et de développement tout à la fois. Pour demeurer efficient, il analyse et optimise son arbre de compétences en fonction de sa situation professionnelle, ou plus spécifiquement de sa mission.

C’est une personne multi-compétences qui peut apporter à un projet ses compétences en expérience utilisateur, en maquettage graphique, en techniques et outils pour compléter le développement du produit. Grâce à ses compétences multiples, il progresse continuellement avec une vision globale des problématiques digitales, permettant d’aboutir à un meilleur produit.

Son ouverture à de multiples domaines de compétences est ce qui fait toute la différence entre un designer « classique » et un designer full-stack. Si vous en êtes un, il n’y a pas l’ombre d’un doute que vous êtes une valeur ajoutée particulièrement importante pour votre équipe.

Si vous êtes un designer en freelance, il vous sera tôt ou tard nécessaire de devenir full-stack designer pour vous positionner le plus efficacement possible sur le marché.

En effet, la clientèle d’un freelance a tendance à demander des compétences toujours plus vastes à ses prestataires web et c’est un confort pour elle d’avoir un interlocuteur avec lequel échanger d’une façon éclairée sur son projet. C’est ce que peut lui apporter le designer full-stack qui, entre deux mondes, est à même de mettre en lumière les problématiques de développement, d’ergonomie et de charte graphique.

Qu’est-ce qui fait un bon designer full-stack ?

Un bon designer full-stack aura a cœur de concevoir chaque élément de son produit de la façon la plus parfaite possible. En prenant le webdesign pour exemple, on peut se rendre compte des rôles qu’il aura à endosser pour la réussite d’un projet :

  • Assister le manager produit : Compléter le pré-concept du produit, brainstormer avec l’équipe, créer des mood boards, concevoir le planning
  • Design du prototype : Concevoir les wireframes, les brouillons graphiques, produire un prototype fidèle au cahier des charges
  • Etude de l’utilisateur cible : étudier le produit et son application, définir la persona type et rassembler les données à son sujet pour concevoir un produit qui tient compte de l’expérience utilisateur
  • Recettage : Test des fonctionnalités, de l’efficacité de l’ergonomie UX, suggérer et proposer des améliorations en fonction des retours du panel d’utilisateurs test
  • Développement front-end : Le designer full-stack peut être sollicité pour produire ou participer à l’intégration front-end de son prototype, avec l’emploi des langages HTML, CSS, JS, etc. Ses compétences en développement lui permettent de développer lui-même les fonctionnalités en front
  • Assurer la passation avec l’équipe de programmation : Sa compréhension profonde des différents aspects techniques, intégrant la notion de développement et de graphisme permet un transfert fluide du projet, réduisant les risques de conflit entre la conception front et back-end.

La maîtrise des logiciels est elle aussi importante pour le designer full-stack et reflète la variabilité de ses compétences au sein d’un même projet ou d’une même structure. Ainsi, Il est généralement acquis qu’un profil Full-Stack maîtrise, à minima :

  • Adobe Photoshop
  • Adobe Illustrator
  • Adobe InDesign
  • Sketch
  • Web (HTML, CSS, WordPress)

Conclusion

Pour devenir un bon designer full-stack, vous êtes destinés à continuer d’apprendre et enrichir votre arbre de compétence. Un tel profil est la valeur ajoutée rêvée des start-ups, car le designer full-stack s’intègre particulièrement bien dans la production en Agile. Il apporte sa vision globale du projet, son expertise (il maîtrise la vision du produit, sa cible, ses objectifs) et permet ainsi de conserver un cap cohérent, où la communication entre les différents intervenants est facilitée.

Vous souhaitez vous mettre à jour sur les actualités Webdesign ? Découvrez les 10 tendances qui ont marquées 2018 !

You May Also Like

About the Author: Team LesLeudis

vel, Sed massa id Lorem at ipsum Phasellus ante.