Comment devenir un grand designer ?

410481883

On lui attribue souvent la casque de « l’artiste » au sein de l’entreprise. Le designer est la personne en charge de la création graphique des différents supports de communication. Il peut travailler en agence, freelance ou en interne au sein d’une société.

Le designer n’est pourtant pas qu’un artiste inspiré, bien qu’il soit incontestablement un créatif. C’est un profil multiple : certains sont polyvalent, d’autres sont experts dans un domaine, qu’il s’agisse de PAO (publication assistée par ordinateur), de webdesign, d’egonomie web (UX)

Naturellement, les compétences d’un bon designer sont variées, d’autant qu’on ne demande pas les mêmes capacités techniques à un webdesigner qu’à un graphiste PAO. Ils ont tous des points communs, cependant : un sens de l’esthétique aigu, une excellente culture graphique et une curiosité à toutes épreuves.

Le graphiste, un curieux en apprentissage constant

Si vous choisissez d’embrasser la voie de graphiste, il est fondamental de vous former aux bonnes pratiques. La maîtrise des logiciels est essentielle pour être rapide et efficace. Or, ceux-ci évoluent constamment, de même que les tendances graphiques.

Ces tendances, le designer doit les suivre et les comprendre pour pouvoir se les approprier, tout en insufflant sa « touche personnelle ». C’est pourquoi un cursus en arts graphiques peut être intéressant. Posséder des bases en histoire de l’art apporte une véritable plus-value sur son CV.

De plus en plus de designers proviennent de grandes écoles de graphisme, mais il y a aussi dans les rangs des designers de talent de parfaits autodidactes. Leurs secrets pour réussir ? Leur insatiable curiosité et leur implication. Loin de naître avec un don particulier, les meilleurs graphistes pratiquent énormément et s’inspirent beaucoup du travail de leurs pairs.

Une veille constante, source d’inspiration du designer

L’inspiration tombe rarement du ciel, si ce n’est jamais ! Le designer se repose sur une forte culture graphique pour créer une œuvre pertinente. Si vous souhaitez devenir un designer de talent, nous vous recommandons chaudement d’appliquer les conseils suivants :

  • Collectionnez : les cartes de visite, flyers, magazines, sites Internet qui vous ont marqué et parlé positivement. Créez-vous un patchwork d’inspirations qui pourront vous servir de références.
  • Observez, critiquez : Quand une création nous fait tiquer, c’est qu’il y a une raison. Un code graphique mal maîtrisé, une désorganisation dans la hiérarchie des éléments,… les raisons peuvent être nombreuses. Être attentifs aux « ratés » est aussi instructif et enrichissant que de conserver des sources d’inspiration.
  • Naviguez sur le web : les sources d’apprentissage y sont nombreuses. On peut trouver d’une simple recherche Google de nombreux tutoriels pour maîtriser un effet jusqu’alors inconnu, ou perfectionner sa prise en mains des logiciels de design comme Photoshop ou Illustrator.
  • Gardez les yeux ouverts : Dans la rue, dans le métro et même au cinéma, nos yeux sont continuellement abreuvés de publicités. Une aubaine pour un designer en devenir qui peut profiter de ses déplacements pour exercer son œil graphique. À terme, un bon designer saura reconnaître une typographie, un style, un pantone…

Nous reconnaissons inconsciemment certains codes de communication, de sorte à être capables de saisir au premier coup d’oeil à quel type de communiquant nous avons à faire : entreprise de luxe, supermarché, etc.

Le but de ces travaux d’observations est de comprendre comment les choses sont faites, comment les éléments se structurent et s’imbriquent entre eux sur un format défini. Un bon designer connaît parfaitement ces codes et sait les manier pour obtenir un résultat qui soit cohérent avec la cible visée par la campagne de communication.

Se former au marketing et à la communication

Un grand graphiste n’est pas seulement quelqu’un capable de structurer un document avec originalité. Il doit savoir communiquer. Les compétences du designer seront majoritairement appelées pour assister les chargés de communication et marketeurs.

Ainsi, le designer doit tenir compte des contraintes de sens inhérentes aux objectifs de communication, tant linguistiques que visuelles. Un bon graphiste sait s’exprimer et insuffler de l’originalité au travers de codes de langage établis par les normes culturelles.

Il travaille en respectant les règles suivantes :

  • Le système de grilles : qu’il s’agisse de conception graphique pour un document ou un site web, il s’agit d’une règle incontournable pour donner un rendu équilibré et proportionnel à son travail. Cette règle permet un rendu professionnel et percutant.
  • Le chemin visuel : Essentiel pour la lecture d’une information, le graphiste doit savoir respecter un certain chemin visuel pour diffuser un message impactant au premier regard. Ne pas respecter le chemin de lecture est le meilleur moyen de noyer le message à diffuser.
  • Le respect des zones de repos : Il n’y a rien de plus difficile à lire qu’un support surchargé de contenus. Une mauvaise gestion des zones de repos, et un document qui se voulait sobre et épuré peut se transformer en mise en page sans queue ni tête. Les zones de repos permettent à l’œil d’être plus réceptif aux informations successives.
  • Une utilisation intelligente des codes colorimétriques : Toutes les couleurs ne s’assemblent pas entre elles, ni n’ont la même signification dans l’inconscient collectif. Il serait par exemple mal avisé d’utiliser du noir pour une enseigne de jouets pour enfants, quand celui-ci répondrait parfaitement aux codes d’une enseigne de luxe.
  • Des effets visuels et typographiques cohérents avec le message : C’est un détail pour un œil non-initié, mais pour le design, les effets visuels, le choix des illustrations et des polices de titre et de corps est crucial. Une typographie, comme un visuel, va donner un ton, une couleur au message.
  • Un bon maniement des mots : Le designer pourra se retrouver à concevoir des slogans ou « punchlines » pour ses visuels. Il doit par ailleurs être parfaitement capable de se relire et de repérer la moindre coquille. Une faute tirée à des milliers d’exemplaires peut avoir des conséquences catastrophiques pour une campagne de communication, aussi un bon designer aura un œil de lynx et se relira deux fois plutôt qu’une.

Le souci de l’expérience utilisateur

L’expérience utilisateur ou « UX » est un terme emprunté au webdesign notamment. La conception UX est un métier à part entière qui demande une forte culture du fonctionnement d’un utilisateur sur un support donné (mobile, tablette, ordinateur). Néanmoins, l’expérience utilisateur est inspirée des règles PAO (grilles, chemin visuel, zones chaudes…).

Des compétences UX sont essentielles à un webdesigner (comme pour la conception d’un site e-commerce), même s’il pourra être amené à travailler avec un expert dans le domaine. En effet, cette branche est fortement liée à la structuration de supports, qu’il s’agisse de sites web, d’applications mobiles ou d’applications web. En fonction des travaux commandés, l’UX peut fortement guider le travail du designer.

Des qualités humaines, au service d’une équipe

Outre des compétences techniques pointues, un graphiste en devenir ne deviendra un grand designer qu’au fil de ses expériences professionnelles. Qu’il travaille au sein d’une société, pour une agence de communication ou même en freelance (ou en ayant cumulé ces trois expériences !), le designer sera confronté à des projets et des équipes variées qui nourriront son expérience.

Dans un cas comme dans l’autre, un bon designer se doit d’être :

  • Ouvert à la critique : Son travail sera constamment confronté aux regards extérieurs et il devra être capable de se nourrir de la critique de ses collaborateurs et d’en tirer enseignement. Ainsi, il lui est plus facile d’adapter ses méthodes aux attentes futures et de réaliser une prestation à la fois séduisante et percutante.
  • Un bon communiquant : Que ce soit au travers de ses créations ou en tant que membre d’une équipe, le designer doit savoir communiquer, échanger, partager. Il doit être capable de se mettre au niveau de sa cible, mais aussi de ses collaborateurs, parfois profanes en graphisme.
  • Inventif et réactif : Les designers sont souvent confrontés à des périodes de « rush », des modifications de dernières minutes et beaucoup de travaux pourront se voir finalisés dans les derniers instants de la deadline. Le bon designer doit savoir gérer cette pression tout en gardant sa créativité.

Le métier de designer, en web comme en conception PAO est un métier riche, varié, qui couvre de très nombreux profils. C’est un métier qui évolue avec son temps et, en cela, beaucoup se spécialisent pour répondre à une problématique liée aux avancées technologiques, comme c’est le cas avec l’UI / UX.

Un sens de l’esthétique, un intérêt sincère pour l’art graphique et une forte persévérance sont les premiers ingrédients pour devenir un grand designer. L’expertise viendra au fil des projets.

Vous recherchez un poste dans le domaine du design ? Consultez nos offres d’emploi sur lesjeudis !

You May Also Like

About the Author: Team LesLeudis

consectetur ut risus Aenean adipiscing Praesent