16. CMS Open Source ou propriétaire : quel est le mieux ?

open source

Le CMS, pour Content Management System, se traduit en français par système de gestion de contenu. Il s’agit d’une application web permettant le développement de sites Internet sans avoir à consacrer de longues phases de développement à la conception de l’interface de gestion administrateur et de la construction / l’ajout de pages web.

L’intérêt d’un CMS est de faciliter la gestion et les mises à jour au quotidien du site Internet, sans devoir intervenir directement sur le code de votre site Internet. Le CMS s’accompagne dans la plupart des cas d’un catalogue d’extensions qui permettent l’ajout de fonctionnalités sans développement supplémentaire.

La plupart des sites Internet connus sont basés sur des CMS choisis en fonction des fonctionnalités et de la complexité du projet web. Parmi les centaines de CMS que l’on peut trouver sur le marché, les CMS les plus connus sont :

  • WordPress
  • Joomla!
  • Drupal
  • SPIP
  • Typo3
  • eZ Publish
  • Prestashop (CMS français d’e-commerce)
  • Magento (CMS e-commerce)

Selon l’étude publique de w3tech, Les sites web construits à l’aide d’un CMS représentent 47 % du parc mondial. Parmi ces 47 %, WordPress, CMS open source, domine très nettement le marché avec 60 % d’utilisateurs dans cette part, soit près de 30 % des sites dans le monde. Pour comprendre son succès, arrêtons nous sur les avantages des CMS Open Source.

CMS Open Source : les avantages

D’une manière générale, l’Open Source est un logiciel libre d’utilisation : le code est ouvert. Ainsi, n’importe qui peut modifier ou transformer un logiciel pour ajouter, optimiser ou modifier des fonctionnalités.

Le développement sur le long terme du CMS provient souvent d’une communauté de développeurs. Open Source ne rime pas forcément avec « amateurisme » cependant. Le CMS le plus populaire du marché, WordPress, est distribué à la base par l’entreprise américaine Automattic.

C’est le premier avantage de l’Open Source : chacun peut apporter sa pierre à l’édifice, et si Automattic a développé elle-mêmes des extensions parmi les plus populaires de WordPress (bbpress pour les forums, buddypress pour les réseau sociaux…), de nombreuses autres entreprises et contributeurs ont pu s’ajouter et développer des extensions pointues.

Les CMS les plus importants comptent donc une importante communauté qui rassemble entreprises, indépendants et passionnés. Outre les enrichissements fonctionnels que peut apporter la communauté autour du CMS Open Source, celle-ci contribue également à débusquer les bugs et failles de sécurité rencontrés à l’utilisation du CMS.

Autre avantage du CMS Open Source : le développeur en charge d’un projet de conception web a la possibilité d’adapter lui-même, si besoin, le code du CMS ou des extensions ajoutées. De la même façon, le design du site web sera facilité par l’import, la modification voire la création de thèmes.

En résumé, le CMS Open-Source propose :

  • Une large communauté
  • Un suivi sur le long-terme du CMS du fait des nombreuses contributions
  • Des extensions variées et personnalisables
  • La possibilité de modifier / adapter le CMS pour ses propres besoins
  • Une haute flexibilité en matière de design

CMS Open Source : les inconvénients

Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients. C’est aussi le cas du CMS Open Source, même si, on l’a vu, ses avantages vont bien au-delà de la simple gratuité. La force de l’Open Source est aussi sa faiblesse, et si tout le monde peut mettre la main à la pâte, il se peut que des développeurs mal intentionnés ou peu regardant en termes de sécurité en fassent autant.

La première complication lorsqu’on choisit de construire son site Internet avec un CMS libre, c’est la sécurité. De base, des logiciels tels que WordPress, Joomla! ou encore Drupal sont continuellement testés et mis à jour pour prévenir toute faille de sécurité. Les bugs sont régulièrement reportés et corrigés, permettant à l’utilisateur un usage serein de son CMS.

Cependant, la tâche devient plus délicate lorsque des extensions sont installées en complément. Or, il est rare de ne pas en installer. Il est donc important d’être attentif aux extensions, mais aussi aux thèmes graphiques sélectionnés.

Certaines extensions sont mal développées et peuvent laisser passer des failles de sécurité dans lesquelles les bots et les pirates peuvent s’infiltrer pour infecter votre site web. Les extensions en elles-mêmes peuvent contenir des programmations malveillantes, qui pourraient mettre à mal la sécurité de votre site et de votre serveur.

Par ailleurs, les extensions gratuites ou payantes sont développées par des entreprises ou des développeurs différents, et, pour certains CMS, on compte des milliers d’extensions existantes. Certaines peuvent créer des incompatibilités et générer des erreurs ou des bugs lors de la navigation sur votre site ou lors de l’utilisation de telle ou telle fonctionnalité.

Privilégier les extensions les plus téléchargées et les plus connues est une bonne façon d’éviter les problèmes de sécurité. Massivement utilisées, ces extensions sont surveillées de près et bénéficient de mises à jour régulières.

Autre problème lié aux CMS Open Source. Leur popularité les expose davantage au piratage. Pour prendre le cas de WordPress, les sites web conçus à partir de ce logiciel sont les principales cibles des attaques. En effet, puisque près de 30 % des sites sont conçus avec WordPress, il est bien plus rentable pour les hackers de s’en prendre principalement à ce CMS.

Les inconvénients du CMS Open Source sont :

  • Des risques d’incompatibilité entre les différentes extensions et / ou thèmes
  • Des failles de sécurité potentielles
  • Cible de prédilection des hackers

CMS propriétaires : les avantages

Conçus par une entreprise, les CMS propriétaires, à la différence des CMS Open Source, sont plus rigides dans leurs modes d’utilisation. En effet, ils sont spécialement conçus pour un usage spécifique et leur code est développé en SaaS, ce qui ne permet pas aux développeurs extérieurs à l’entreprise d’accéder au code source.

Développés par des agences ou des entreprises, le CMS propriétaire ne vous octroie donc que des droits d’utilisation. C’est un système fermé. En cela, les CMS propriétaires sont beaucoup plus difficiles à pirater, car leur code n’est pas n’est pas public.

Par ailleurs, le CMS propriétaire est conçu pour être très facile d’utilisation. Souvent, les agences qui vous proposeront un CMS propriétaire pour concevoir votre site web vous fera payer un abonnement, au mois ou à l’année, pour le maintien de votre site et son accès.

La prise en main de l’interface administrateur sera très simple, vous permettant d’ajouter facilement des pages ou articles ou, pour le cas des CMS e-commerce, de gérer vos ventes intuitivement. Leur conception est tournée vers un public profane, qui souhaite un site fonctionnel et simple afin de pouvoir le gérer sans maintenance technique supplémentaire.

Le CMS propriétaire est donc :

CMS propriétaires : les inconvénients

L’un des problèmes majeurs des CMS propriétaires, c’est que si vous êtes légalement le propriétaire des contenus que vous publiez dessus, vous n’êtes pas pour autant le propriétaire de votre site Internet. Ainsi, l’usufruit de votre site Internet ne vous est dû que tant que votre contrat est effectif avec l’agence ou l’entreprise avec laquelle vous avez signé.

Par ailleurs, une migration vers un autre système de conception web peut s’avérer très compliquée, voire impossible. Certaines CGV ne vont tout simplement pas vous autoriser la récupération des données essentielles à la migration, telles que la base de données ou les fichiers liés. Par ailleurs, la migration peut être très coûteuse.

Il convient donc d’être sûr du prestataire avec lequel on va signer, car il y a fort à parier que, si pour une raison ou une autre vous choisissez de rompre votre contrat, vous seriez obligé de refaire complètement votre site Internet. En effet, puisque le CMS est la propriété d’un tiers, un prestataire extérieur ne pourra pas reprendre votre site.

Open Source ou propriétaire : qui gagne ?

Au final, le choix du CMS dépend de beaucoup de votre budget, comme de vos ambitions. Si vous n’avez pas le budget pour faire développer un site web depuis un CMS Open Source et que vous ne voyez pas d’inconvénients à refaire votre site d’ici quelques années, le CMS propriétaire peut-être une bonne solution.

Attention néanmoins aux Conditions Générales de Ventes et au niveau de prestations que vous pouvez espérer attendre. Une bonne agence collaborera avec vous sur le thème graphique de votre site et vous fera au minimum une formation au SEO et à la gestion de votre back-office pour vous permettre une bonne prise en main.

D’un autre côté, le CMS libre sera plus personnalisable et plus facile à reprendre par une agence ou un prestataire en cas de besoin. Il ne sera pas nécessairement plus compliqué à prendre en mains, et, à condition d’être conseillé par un bon professionnel WordPress, même un site sous WordPress peut-être très bien sécurisé.

Vous souhaitez connaître le profil type d’un prestataire pour la conception de votre site sous CMS ? Découvrez la fiche métier d’intégrateur web.

You May Also Like

About the Author: Team LesLeudis

venenatis ut Donec Aliquam leo. in ut commodo